News

Infrastructures de recherche L’accès à l’ILL assuré jusqu’en 2023

Le Conseil fédéral a prolongé la participation de la Suisse à l’Institut Laue-Langevin (ILL) de Grenoble pour les années 2019-2023. Les chercheuses et chercheurs suisses continueront ainsi à avoir accès à l’une des sources de neutrons les plus puissantes au monde. Les coûts de la participation pour les quatre années à venir se montent à 14,4 millions de francs. Le Parlement avait déjà approuvé le crédit d’engagement correspondant en 2016.

Académies suisses des sciences Planification pluriannuelle 2021-2024

Les Académies suisses des sciences ont publié leur planification stratégique pour les années 2021-2024. Elles veulent apporter des contributions pour répondre à des défis urgents dans les domaines centraux de la numérisation, de la santé et du développement durable. Grâce à l’introduction d’un budget global, les Académies peuvent formuler pour la première fois une planification pluriannuelle commune.

Numérisation Le National demande des programmes d’impulsion

Par 118 voix contre 62, respectivement 61 voix et une abstention, le Conseil national s’est prononcé en faveur de deux motions qui chargent le Conseil fédéral de mettre en place des programmes d’impulsion sur la numérisation. La première motion de la Commission de la science, de l’éducation et de la culture (CSEC-N) vise la diffusion de projets de numérisation innovants dans la formation. Sa deuxième motion de commission demande de fixer des moyens financiers pour les hautes écoles, la formation professionnelle et la formation continue; et ce, indépendamment du Message FRI 2021-2024.

Point de vue

L’Europe, un partenaire indispensable

Isabelle Chevalley
Conseillère nationale, membre du Team politique FUTURE

Dans le domaine de la recherche, nos concurrents ce n’est pas l’Europe mais les USA et l’Asie. Dans ce contexte, nos relations avec l’UE sont fondamentales. La Suisse a toujours été un pilier de l’espace européen de la recherche. On peut penser au CERN, à l’Observatoire européen austral (ESO) et à l’Agence spatiale européenne (ESA) où la Suisse a été parmi les membres fondateurs.

Si notre pays se retrouve exclu des programmes de recherche européens, il deviendra moins attractif pour les talents mondiaux et les impacts sur notre économie ne tarderont pas à se faire sentir. La fuite des cerveaux entraînerait immanquablement une diminution de notre compétitivité, une fuite des entreprises innovantes et bien sûr une baisse des investissements.
 
Le programme de recherche Horizon 2020 est le plus grand programme au monde basé exclusivement sur l’excellence scientifique. Rappelons qu’en Suisse, un franc sur trois provient d’un encouragement de la recherche compétitif de l’UE. Les hautes écoles suisses sont souvent en bonne position lors de l’octroi des prestigieux encouragements du Conseil européen de la recherche. L’Europe est un partenaire économique important de la Suisse mais l’Europe est également un partenaire important pour la recherche. Évitons que des différends politiques mettent en danger un domaine où tout le monde y gagne.